http://makkabylie.blogspot.fr/

mardi 27 janvier 2015

“On peut créer une école Kabyle dans chaque village” | Tamurt.info

Ahmed Amrioui à Tamurt.info :
Une première en Kabylie. Quatre an après, "le résulat est plus que satisfaisant". Il rassure les Kabyles sur le fait qu’ils peuvent eux aussi créer une école similaire dans chaque village. " Il suffit juste de quelques volontaires". Écoutons-le.
27/01/2015 - 00:00 mis a jour le 26/01/2015 - 22:46 par Saïd F.

Tamurt Info : Rappelez-nous en quelques phrases ce qu’est Axxam n tmusni que vous avez créé.
Dda Ahmed : Axxam n tmusni pour en parler en détails, il faudrait des heures. Pour avoir une idée assez précise, vous pouvez jeter un coup d’oeil sur lesite Axxam n Tmusni. Disant que c’est un lieu de rencontre et une mini-école que j’ai installé chez-moi pour les enfants de mon village. Je l’ai créé en 2010 suite à la « rage » que j’ai ressentie en voyant à quel point l’école algérienne a détruit les esprits de nos enfants. Cette école officielle use de démagogie et ravage tous les fondements de la société kabyle.
Tamurt.info : Quel bilan tirez-vous après plus de quatre ans d’existence de cette structure éducative et culturelle unique en Kabylie ?
Au vu des moyens, très modestes, dont nous disposions, le résultat est encourageant. Je suis satisfait. Mon rêve est de voir la Kabyle se doter d’un Ministère de l’éducation national kabyle prônant un programme laic et des valeurs universelles. Avec une telle institution, la jeunesse kabyle se détacherait rapidement des arriérées de ce monde. Pour l’instant, j’ai seulement une satisfaction morale. En réalité, les enfants et les adultes qui fréquente axxam n tmusni, en plus de l’initiation à l’écriture de la langue kabyle, découvrent des valeurs qui les aident à s’ouvrir au monde et d’avoir un esprit critique. Un jour, à la sortie d’un cours de géographie , j’étais heureux d’entendre les élèves dirent : la Kabylie fait partie de tamazigha et non de lauma arabia.
Tamurt.info : Peut-on créer d’autres écoles similaires à travers toute la Kabylie ? Si oui, comment ?
Axxam n tmusni est plutôt un réflexe. Une réaction spontanée. Un acte de résistance à une situation de détresse. Ce sentiment de danger, je l’ai ressenti réellement quand j’ai vu pour la première fois, dans mon village, de quelques centaines d’habitants, une jeune fille en niqab. Un choc...
Pour revenir à ta question, est-ce qu’on peut créer d’autres Ixxamen n tmusni et comment ? 
Sans hésitation aucune je te réponds, oui. En effet, on le peut et dans n’importe quel village kabyle. Il suffit pour cela de 2 à 3 personnes engagées. Pour ma part, j’ai démarré dans un garage en ruine. Je me mets tout de suite à la disposition de n’importe quel comité de village kabyle pour lui proposer l’expérience que j’ai acquise.
Tamurt.info : Pourquoi ne pas faire la même chose en Europe pour les enfants Kabyles ?
Là où j’habite, à part un italien, il n y a aucun étranger et mes enfants ont dépassé la quarantaine (rires). A ma connaissance, il y a, en France, par exemple, des dizaines et des dizaines d’associations culturelles kabyles qui font des choses similaires. Je pense qu’elles ne font pas seulement dans le folklore avec “el foudha “ “el kjebba “ “amendil aouragh” et autres, mais font passer aussi un message à la prochaine génération de la daispora kabyle.
Tamurt.info : Un dernier mot ?
Tanemmirt a Said, tanemmirt i Tamurt.info et je salue le courage et la persévérance de l’enseignant deAxxam n tmusni qui fournit une prestation exemplaire au profit des enfants kabyles.
Interview réalisée par Saïd F.
Biographie express :
Ahmed Amrioui, marié deux enfant, est né en Kabylie à At yahya Musa en 1950. Après avoir obtenu son Bac au lycée technique de Dellys en 1970, il poursuit ses études d’ingénieur à Magdeburg, en Allemagne. Après une carrière de 30 années en tant qu’ingénieur-chercheur dans une multinationale américaine, il est, depuis 2010, en retraite.

lundi 26 janvier 2015

Dépêches de SIWEL - Agence kabyle d'information : "Kobanê est enfin libérée de Daesh !" Appel du Conseil démocratique Kurde de France / Tous à la place de la république à partir de 18h

26/01/2015 - 18:16 par SIWEL - Agence kabyle d'information

PARIS (SIWEL) — Le Conseil Démocratique Kurde en France appelle les amis du Kurdisatn, les amis du peuple kurde, les amis de la vie et de la liberté à aller sur la place de la République, aujourd’hui, 26 janvier, à partir de 18h, pour célébrer la victoire de Kobanê !

Kobanê est enfin libérée de Daesh !

Kobanê a résisté ! Kobanê a vaincu !

Tous sur la place de la République, aujourd’hui, 

26 janvier, à partir de 18h, 

pour célébrer 

la victoire de Kobanê ! 

Conseil Démocratique Kurde en France (CDKF)

SIWEL 261816 JAN 15

"Deux reines ne peuvent pas cohabiter dans une même ruche", lettre à Muhend Arab Bessaoud

"Deux reines ne peuvent pas cohabiter dans une même ruche", lettre à Muhend Arab Bessaoud

26/01/2015 - 15:24


KABYLIE (SIWEL) — "Tout comme deux reines ne peuvent pas cohabiter dans une même ruche ; deux peuples distincts ne peuvent cohabiter dans un même territoire. Un des deux est inexorablement et fatalement condamné à disparaître. Inévitablement c’est la Kabylie qui se dissoudra dans « la marre fangeuse de l’arabisme »."


"Deux reines ne peuvent pas cohabiter dans une même ruche", lettre à Muhend Arab Bessaoud

Azul, vieil homme ! Cela fait longtemps, n’est ce pas ? 

Par où commencer, il y a tant et tant de choses à te dire. Bien des événements à te raconter. Je voulais te dire que les algériens sont de plus en plus arabes et que les Kabyles deviennent de moins en moins Kabyles. La situation que nous vivons est fort bien résumée par notre grand ami Mouloud ZEDEK. Avec le génie que tu lui connais, Mouloud explique que dans pas longtemps Larevaa n At Iraten, symbole de notre résistance finirait par s’arabiser. 

Avec le recul a Dda Muh, le combat qui a été mené pour reberberiser la Berbérie, comme bien même nous avons enregistré des victoires indéniables, en réalité ce ne sont que des victoires à la Pyrrhus. Je te rassure, tout n’est pas noir pour autant. Au rêve d’une Tamazgha unifiée de Siwa jusqu’aux Canaries et de la méditerranée jusqu’au Niger se succède l’impérieuse nécessité aux peuples Amazighs de se doter chacun de son propre Etat et qui sait une fois cette première étape réalisée, les nations Amazighes iront vers une confédération ! 

Ce rêve est à portée de mains ! Aujourd’hui, il n’y a plus seulement la Kabylie qui aspire à sa libération. Les Chaouis et les Mzab aussi revendiquent la souveraineté sur leur territoire. Le Rif et les Iles Canaries aussi aspirent à leur indépendance. Les Touarègues du Mali et les Amazigh Libyens ont quasiment leur propre Etat ! 

Tu étais encore là quand le nationalisme kabyle commençait à balbutier. Te connaissant, je sais que tu as grincé les dents quand toi, l’éveilleur des consciences berbères, tu as appris que la Kabylie voulait son autonomie. Comment pardi (c’est quoi ça ?) ! Allons-nous renoncer à cette terre irriguée de notre sang et de notre sueur ? Cette terre est amazighe, et elle nous appartient ! Je ne céderai pas un iota je t’entends dire. Dda Muh, est-ce à toi que j’apprendrais, que dans cette terre il y a deux pays : Blad Qbayel et tamurt n waraven ? C’est de toi que je tiens cette citation ! 

Benaï Ouali , Amar Ait Hamouda ou Mbarek Ait Manguellette, ont été assassinés, dans les maquis, pour berbèrisme certes ! Mais Abane, Amirouche, Melah et des milliers d’autres kabyles « humiliés et bramés dans les bases de Tunisie et de Oujda » assassinés par le FLN, ne furent sans doute pas des berberistes ! Ils ne sont morts que par ce qu’ils sont kabyles. Tout comme le furent les jeunes de 2001 tous, et à de rares exceptions, tués de balles explosives visant la tête ou l’abdomen. 

Tout comme deux reines ne peuvent pas cohabiter dans une même ruche ; deux peuples distincts ne peuvent cohabiter dans un même territoire. Un des deux est inexorablement et fatalement condamné à disparaître. Inévitablement c’est la Kabylie qui se dissoudra dans « la marre fangeuse de l’arabisme ». 

Il est plus qu’impérieux que le peuple Kabyle se dote de son propre Etat. Nous n’avons d’autres choix que celui-ci : être ou disparaître ! Pour vivre, une langue a besoin d’un Etat, disait Mammeri, je pense, te connaissant, tu ne peux pas ne pas être de cet avis. N’est-il pas abscons de vouloir une Algérie ou une Afrique du Nord Amazighe, quand non seulement ceux qui gouvernent mais aussi et surtout l’écrasante majorité des citoyens de ces contrées ont réglé leurs horloges à celle du Moyen Orient ? Faudrait-il jeter les arabes à la mer ? Aurions-nous ce désir quand bien même nous aurons eu les moyens !? Toutes ces choses que je t’avance, tôt ou tard si tu étais encore de ce monde tu aurais fini par arriver à la même conclusion. En écrivant ces lignes, je me rends compte que tu n’y étais pas loin. 

Moi aussi je ne m’étalerai pas plus sur ce sujet, Charybde et Scylla sont toujours là, comme à leurs habitudes, ils sont aux aguets ! Eux qui ont fait du rêve de notre peuple leurs fonds de commerce, deviennent de plus en plus amers et aigris. Ils sont de plus en plus indisposés de constater que le peuple kabyle est résolument décidé à disposer de lui-même. Je ne me permettrai de polémiquer avec eux, du moins pas autour de toi ! 

Bahbouh Lahcene, s’en est allé, il vous a rejoint toi et Haroun, je suis sûr que vous lui réserverez un bon accueil. Comme vous autres, il n’y aurait que la Kabylie qui le pleurera. Nous n’avons pas d’Etat pour décréter un deuil ni d’institutions qui mettront les drapeaux en berne. Nous y travaillons ! À l’instar des autres peuples du monde, le peuple Kabyle aura son propre Etat. 

Ce jour-là, de Tagemmunt Lejdid où tu es né, à Akaoudj où tu es enterré, dans une magnifique procession humaine nous rendrons hommage à toi notre éveilleur de conscience, à Jaques Benet ton frère, à Haroun, à Bahbouh et à ces centaines d’anonymes qui ont sacrifié tout pour que nous soyons fiers de ce que nous sommes : Kabyles ! 

Muh Taheccat, 
Cadre du MAK 

SIWEL 261524 JAN 15

dimanche 25 janvier 2015


L’Europe s’islamise à son insu de son plein gré
L’islam se fout de l’identité des peuples
samedi 1er décembre 2012, par Arilès - 228   commentaires
facebookgoogleplusgooglelinkedinmyspaceprintertumblrtwitterviadeoyahoobookmarksbuzzyahoo
Quand j’étais adolescent, je pensais que mes ancêtres étaient des idiots, des incapables et des imbéciles pour avoir accepté il y a presque 15 siècles cette religion de malheur. J’avais honte de mon peuple d’origine. J’oubliais qu’il avait simplement été battu à la guerre et qu’il s’est soumis à ses vainqueurs qui s’empressent depuis de réécrire son histoire.

Cette histoire tordue que j’ai apprise moi-même à leur école et que j’ai dû désapprendre seul, par l’effort et la persévérance. En regardant la France, la Belgique, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne et bien d’autres pays encore, je me rends compte que même des peuples avertis peuvent se faire islamiser dans le dos, par petites touches innocentes. En fait, c’est leur environnement politique, culturel et économique qui s’islamise sous les coups de boutoir de nouvelles populations nord africaines inassimilables.

Comme d’habitude, les djihadistes islamisent le « contenant » et les chefs d’abord, puis le « contenu humain » s’adapte petit à petit après une ou deux générations. C’est une colonisation tranquille des esprits et de l’espace. Les dirigeants français nient cela, bien entendu. C’est comme lorsqu’on regarde la grande aiguille d’une montre : On la fixe des yeux et on jure qu’elle ne bouge pas, mais on la retrouve quand même à un autre endroit après « quelque temps ». On n’y a vu que du feu !

Français, Françaises, ne vous étonnez pas si un jour les islamistes vous obligent à réécrire votre propre histoire. Je veux dire : ne vous en étonnez pas si par hasard vous vous en apercevez. Ils vous interdisent déjà, par leur simple présence, d’évoquer la bataille de Poitiers et de citer le nom de Charles Martel. En attendant de vous obliger à enseigner dans vos écoles que Charles Martel n’a pas combattu l’islam, mais certains soldats musulmans indisciplinés qui s’étaient adonnés au pillage.

Ils vous obligent déjà à réviser votre identité nationale en vous amenant à dire publiquement que l’islam est l’une des racines de la France, en attendant de devenir sa seule racine.

Ils affirment déjà que Victor Hugo était musulman, que le commandant Cousteau était bigot 5 fois par jour et que Bonaparte était en admiration devant le génie de la civilisation islamique.

Vous écoutez déjà doctement Malek Chebel vous parler de l’Âge d’Or de l’islam et d’une lecture chouette du Coran sans que personne ne lui rit au nez en direct.

Vous laissez déjà Bouteldja vous insulter impunément sur tous les plateaux de télévision et le MRAP vous trainer en justice à la moindre respiration non halal.

Vous écoutez déjà Tariq Ramadan vous ressasser que le djihad est un combat défensif, sans que personne ne lui demande de quoi les musulmans étaient-ils allés se défendre en Afrique du Nord, en Espagne, dans les Balkans, en Inde, à Viennes et à Poitiers.

Vous mangez déjà hallal sans le savoir et à ce train, bientôt vous fermerez vos charcuteries et vos terrasses de bars, sans le savoir non plus. Ils vous ont déjà mis à genoux en vous forçant à admettre comme vérité le plus gros mensonge de l’Histoire, à savoir que l’Occident a découvert la philosophie, les mathématiques, les sciences, l’astronomie et la technologie grâce à l’islam qui vous les a généreusement transmises (en oubliant quand-même de les transmettre aux musulmans).

Bientôt, vous aurez honte en vrac de Pierre et Marie Curie, de Voltaire, de Pasteur, de Flaubert, de Claude Levis Strauss, de Molière, de Louis IV et de Jean Moulin. Ces renégats avaient trahi les racines islamiques de la France !

L’islam se fout de la vérité, de l’histoire et de l’identité des peuples. La seule chose qui compte pour lui est que ces peuples se soumettent à sa loi. Il exige donc qu’en gage de soumission, ces peuples révisent eux-mêmes leur histoire, travestissent eux-mêmes la vérité, renient d’eux-mêmes leur identité collective, changent eux-mêmes leurs référents culturels, profanent eux-mêmes leurs anciens lieux de cultes et discréditent eux-mêmes leurs propres symboles. C’est ce qu’ont fait tous les peuples conquis par l’arabo-islamisme. C’est ce que font la majorité des élites intellectuelles, la quasi-totalité des élus, la plupart des artistes et quasiment tous les média français. Il ne reste que le petit peuple qui enrage en silence. Et encore, ce petit peuple est lui-même infesté de gens à la naïveté suicidaire.

Je dis aux Français qui collaborent et aux Français qui dorment : la France, et au-delà toute l’Europe, est à un stade bien avancé de son islamisation par le haut. Vous avez déjà accepté l’islam dés le moment où vous vous plaignez de l’islam radical et des salafistes. Cela sous-entend que vous n’avez pas de problème à vivre sous le joug d’un islam temporairement plus mou. Ne vous faites pas d’illusion : même l’islam le plus ramolli ne renoncerait pas à la charia. Même si les chefs de l’islamisme en France promulguaient un moratoire de 100 ans sur tout ce qui gène les Français, la charia demeurera une épée de Damoclès qui s’abattra fatalement sur vos têtes un jour, tant que vous n’opposez pas massivement et officiellement un refus ferme et sans appel à l’islam. Tariq Ramadan le sait fort bien. Le fait d’essayer d’obtenir de lui une condamnation de la lapidation est considéré par ce rusé islamiste comme une sorte de négociation de votre islamisation. Ainsi donc, la France négocie son islamisation et semble être disposée à prononcer la chahada [1] pour peu que certaines pratiques barbares soient condamnées et abandonnées par leurs futurs chefs musulmans. Sarkozy pensait qu’un président de la République qui met son cul en l’air sous la contrainte, ça peut passer, mais ordonner la lapidation d’une femme, ce n’est pas envisageable. « Pas envisageable pour le moment » répondit Tariq Ramadan en parlant de moratoire.

Vous avez déjà fait de l’islam une religion d’État dés lors que vos dirigeant traitent avec l’UOIF et le CFCM, et leur transfèrent une partie de l’autorité de l’État en signe d’allégeance. L’islam est religion d’État en France du moment que vos dirigeants le célèbrent, le cajolent, le subventionnent, le protègent, lui et lui seul. En bon État islamique, la France gère les questions de hidjab, de burqa, de prières de rues, de hallal, de sacrifice de moutons, de rupture de jeûne pendant le ramadan et de « mondanités islamiques » avec les dignitaires musulmans supposément modérés. Ces dignitaires traitent les élus du peuple, notamment les maires, en véritables chefs de tribus dont il faut obtenir allégeance et loyauté. Et ils les obtiennent !

Quand Dalil Boubekeur parle, il se présente en second chef d’État, la tête haute, le verbe facile et une assurance à toute épreuve. L’islam est désormais chez lui en France. Une mini république islamique dans la République. Le coucou a pondu son œuf. Plus que quelques « chefs de tribus » récalcitrants à réduire et le pays sera déclaré dar el islam. Les ennuis des Français seront terminés. Il ne leur restera plus qu’à apprendre les modalités techniques de la pratique islamique par la méthode Assimil. Le Maroc et l’Algérie fourniront (fournissent déjà) des professeurs payés à même les impôts - oh pardon, la zakat - du contribuable français.

Les Français du petit peuple ne sont pas myopes. Ils voient les pressions que subissent leurs élus de la part d’une population musulmane communautariste organisée en strates : 
- la masse des musulmans pratiquants brandit comme menace de troubles à l’ordre public, 
- les musulmans modérément radicaux considérés par leurs chefs comme des réservistes, 
- les militants islamistes qui s’occupent de propagande, de lobbysme et de djihad juridique, 
- les salafistes qui font diversion et 
- les terroristes qui terrorisent.

Ils forment un ensemble de joueurs qui travaillent en concert dans un seul objectif : faire plier la République en faisant plier les élus et les institutions. Tous enfoncent le même clou : la charia, but ultime de la doctrine islamique Croyez-vous que tous les africains du nord ont été islamisés un par un le lendemain du débarquement de Oqba ? Non. Il a fallu islamiser d’abord les chefs de tribus, puis marquer l’environnement physique, politique, culturel par des marqueurs musulmans. Dans cet environnement devenu désormais familier aux autochtones, les chefs n’ont eu aucun mal à islamiser leurs peuplades « en gros ». La charia suit plus tard pour veiller à ce que le processus demeure irréversible. C’est ce qu’essaient de faire les conquérants musulmans en France. Tariq Ramadan est le premier à jurer qu’il n’est pas question de charia en France. Mais dans son for intérieur il ajoute : « pour le moment ». Quel musulman, aussi modéré soit-il, serait prêt à renier définitivement et publiquement la charia ? Au mieux, il la remet à plus tard. Les plus culottés prétendent que ce sont les autres qui ont un intellect déficient et comprennent mal la charia.

N’étant plus à armes égales avec l’Occident, les conquérants islamistes ne baissent pas les bras pour autant. Ils se battent, mènent leur djihad ouvertement, mobilisent des troupes de plus en plus nombreuses, tissent des alliances avec des organisations non gouvernementales, infiltrent le monde politique, achètent littéralement la conscience des élus et utilisent la moindre faille de la loi pour la tourner à leur avantage. Comme cerise sur le gâteau, ils autorisent ça et là quelques attentats et quelques meurtres, manière de montrer la capacité de nuisance de cette idéologie immonde et tétaniser ainsi toute velléité de résistance. Ils montent haut la barre pour amener les Français à accepter un SMIG islamique dans un premier temps. Les gauchistes français ne comprennent pas que ce qu’ils appellent salafistes sont aux modérés (Moussaoui, Boubekeur, Ramadan et autres prédicateurs) ce qu’est l’aviation aux fantassins. L’aviation brise toute défense sérieuse, ce qui permet aux fantassins d’avancer à découvert jusqu’à encercler le QG ennemi et forcer les généraux à la reddition. « Les généraux » français, sont ici les élus du peuple et le gouvernement. Ils sont en train de se rendre un par un.

Enfin, en France, les conquérants islamistes font leur boulot de conquérants, mais ceux qui sont sensés défendre la patrie - c’est-à-dire les élus, les ministres, la société civile, les intellectuels…- ne font pas leur boulot de patriotes. C’est pour cela que l’islam pénètre en France comme dans du beurre. Sans la moindre résistance. Ceux qui essaient de résister sont de simples citoyens qui finissent neutralisés par la loi, discrédités par le politiquement correct ou intimidés par le prêt à penser matraqué jour et nuit par les média. À la moindre incartade, ils sont trainés devant les tribunaux sous l’œil goguenard des emburkées et autres kamissés, plus arrogants que jamais. Ce n’est pas pour vous décourager, mais je doute fort que les islamolucides virtuels arrivent à faire dissoudre l’UOIF, ni le CFCM, ni à faire interdire de cité le pyromane Tariq Ramadan, ni même à faire fermer le site oumma.com, cette mosquée géante chargé de la propagande islamiste, du lavage de cerveaux et du salissage de patriotes français. Ce n’est plus le ver qui est dans le fruit, mais le fruit qui est empêtré dans un enchevêtrement de vers gluants. En France, ceux qui se présentent en sauveurs de Marianne se regardent le nombril, crient cocorico, raillent les islamistes au lieu de les combattre sur le terrain, se perdent en jérémiades et demeurent sur la défensive face au MRAP, à la LICRA, à SOS Racisme et autres « intellectuels » français, collabos notoires ayant pignon sur rue. Ces terribles résistants virtuels finissent par disparaître, comme Bivouac ID et Liberty vox ou réduits à défendre leur peau comme Riposte laïque.

En France, il est désormais fasciste de combattre le fascisme. On est en plein 1984 ! Du délire ! Il parait que le fascisme ne doit pas être combattu quand il a faim, quand il est au chômage et quand il est porté à bras le corps par des centaines de millions de personnes sans ressources, sans culture, sans instruction et surtout sans vergogne.

Les islamistes (activistes musulmans) sont bien plus puissants que vous. Ils sont soutenus par de riches pays arabo-musulmans qui les utilisent comme Cheval de Troie pour faire chanter les pays occidentaux, presque tous en crise financière depuis des années. « Nous vous fournirons les capitaux pour relancer votre économie et du pétrole pour votre industrie et, en échange, nous vous fourgons la charia et les gens chargés de la faire respecte ». Marché de dupes. Seul le peuple pourrait faire la différence. Mais il doit renoncer à plusieurs acquis et revenir à un mode vie dans la simplicité volontaire. La lutte contre l’islamisation des pays européens passe par la réduction du train de vie des citoyens. Les riches souverains musulmans pensent que les Occidentaux sont des êtres cupides, émasculés, veules, ramollis, aux valeurs dévoyées, réduits à leur estomac et à la consommation de biens futiles. Ils seraient donc à vendre.

En France, le petit peuple sait qu’il se fait entuber mais il ne sait pas quoi faire. La gauche et la droite ? C’est kifkif collabo. L’extrême droite ? Ce n’est pas beau. L’extrême gauche ? Déjà bouffée par la gauche. La monarchie ? Et que fera-t-on de la révolution française ?

Les Français savent que leurs gouvernements successifs collaborent avec l’islamisme mondial afin d’avoir en contrepartie des investissements et un meilleur accès à l’énergie. C’est pour cela qu’ils se taisent et font profil bas face aux militants islamistes de plus en plus arrogants et exigeants. Ils font un effort quotidien colossal pour reculer chaque jour leur seuil de tolérance. Ce qui me fait dire que ces gens là ne sont plus catholiques, mais bouddhistes. Formatés par prés d’un siècle de propagande gauchisante prônant un mode vie rentier et un humanisme angélique, les Français font confiance à leur gouvernants qui les traitent comme des enfants. On les occupe par une course narcissique effrénée à la beauté plastique, à la mode de chiffons et de gadgets pour qu’ils oublient leur condition d’esclaves inconscients. Ils ne savent pas qu’ils vivent au dessus de leurs moyens depuis des décennies et qu’ils ont développé une accoutumance au confort. La gauche caviar, plus capitaliste que jamais ! En France, les syndicats n’arrangent rien. Ces organisations obsolètes qui pensent les entreprises comme des kolkhozes ne veulent pas voir que la lutte n’est plus entre ouvriers et patronat, mais désormais entre pays pourvoyeurs d’énergie et de capitaux d’un coté et les français d’un autre coté. La souveraineté de la France est en jeu alors que le français de gauche pense encore à son bulletin de paie. Il est prêt à raser les murs pour aller travailler. Travailler pour payer les services prodigués à une armée d’immigrants clandestins pudiquement dénommés « sans papiers ». Payer des allocations familiales à des bandes de délinquants déracinés, cancres, apatrides et incultes. Payer sa subvention télé pour se faire endoctriner non stop par des merdeux hissés au rang de stars de la télévision. Payer les traites de sa voiture qui se fera cramer au prochain soulèvement de bandits en herbe affectueusement dénommés « jeunes ».

Je n’ose même pas parler de cette novlangue en vogue tellement elle me débecte. Comme par exemple le concept de « islamistes radicaux » qui indique que ces élites des média n’ont pas seulement accepté l’islam, mais aussi sa forme politique qu’est l’islamisme, tant qu’il n’est pas radical. Dire que ce sont des Français qui ont inventé le néologisme « islamiste » pour distinguer le musulman qui milite pour la charia du musulman qui ne milite pas (sans toutefois être en désaccord avec l’islamiste). Bah ! Maintenant l’islamiste est fréquentable. Le méchant, c’est désormais « l’islamiste radical ». Mais comment font-ils pour distinguer l’islamiste de l’islamiste radical ?

Quand ils auront accepté « les islamistes radicaux » sous la contrainte, ils vous diront alors que les nouveaux méchants sont les « islamistes radicaux intégristes ». Enfin, harcelés, relancés sans répit, encerclés, acculés dans votre conscience, vous finirez par accepter tout, pourvu qu’on ne pose pas de bombes dans vos salles de cinémas en sursis. Comme pour les autres peuples conquis, ce seront vos dirigeants et vos élites qui vous auront islamisés. Dans le futur, les islamistes pourront dire à vos descendants que leurs aïeux ont embrassé l’islam de leur propre gré, comme un seul homme, subjugués par les valeurs hautement supérieures de l’islam. C’est ce qu’ils disent aux descendants de tous les peuples conquis. Comment vous dire que l’islam est déjà en lui-même un radicalisme, un extrémisme, un intégrisme absolu ?

Accepter l’islam, c’est accepter l’islamiste, l’islamiste radical, l’islamiste intégriste, l’islamiste salafiste, l’islamiste terroriste et la charia. C’est un kit. Tout vient avec, dans le même emballage. Le dernier berger perdu dans les Pyrénées le sait, mais pas les vedettes chiantes de la télévision française, ni les journalistes, ni les ministres, ni les députés, ni les maires, ni les intellectuels.

À partir de mon coin perdu, je capte TV5 Monde. Quand je vois le « beau monde » qui défile sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché », je vois une France qui s’est couchée, justement. Et puis, comment les Français du peuple arrivent-ils à endurer pendant des années cet animateur fade et ridicule, en plus de ses invités pour la plupart insipides, voire stupides ? C’est du Ardisson craché.

Bon courage aux Français.

Arilès

Matoub Lounès Assagi lligh sous-titré



Mise en ligne le 8 avr. 2008
Chanson de Matoub Lounès "Assagi lligh" (Je suis). Vidéo sous-titrée en kabyle avec la traduction française de la chanson.
(Transcription en Tamazight et traduction/adaptation en français de Yalla Seddiki - Matoub Lounès, Mon nom est combat).

samedi 24 janvier 2015

FFS : « Pas question de contacter le MAK ! » | Tamurt.info

Consultations politiques du FFS
ALGÉRIE ( Tamurt.info ) - Le parti du Front des Forces Socialistes ( FFS ) a entamé depuis deux mois une série de consultations avec tous les partis politiques algériens, syndicats, associations, et autres personnalités dites politiques.
24/01/2015 - 12:03 mis a jour le 24/01/2015 - 12:03 parSaïd F.
  • facebook
  • googleplus
  • google
  • live
  • myspace
  • printer
  • twitter
L’objectif est d’amorcer un consensus dit national pour réussir une transition démocratique à « l’espagnole de 1978 ». Ce parti a décidé de n’ignorer aucun parti, démocratique, du régime, de l’opposition et même des islamistes terroristes, tout le monde à l’exception du MAK. « Pas question de contacter le MAK ni même de l’évoquer », tranche un député du FFS contacté à ce sujet, sans donner plus d’explications.
La raison est connue. Le FFS est un parti algérianiste et ne veut pas avoir de lien avec ce parti. Sauf que ce parti, ancré en Kabylie, n’a jamais été accepté par le reste des Algériens. Un paradoxe que seuls les responsables du FFS ne veulent pas regarder en face.
Le FFS trouve le moyen d’amorcer le dialogue avec des islamistes terroristes qui ont mis la Kabylie à feu et à sang mais pas avec le MAK qui est un mouvement d’essence pacifique et démocratique !
La jeunesse Kabyle se tourne vers l’option de l’autodétermination de leur région, la Kabylie. Pour eux, le FFS ne représente qu’un « patrimoine archéologique » !
Saïd F pour Tamurt info

Colère après la publication par Télé Loisirs d'un tableau où Algériens et Marocains auraient le QI le plus bas du monde


5
Hier soir, TF1 proposait une grande émission sur le QI permettant aux Français de tester leurs capacités.
Mais, c'est un article publié hier par Télé Loisirs qui provoque la polémique et la colère sur les réseaux sociaux.
Ce tableau montre en effet que le QI de certaines populations, seraient très en dessous des autres.
Ainsi, à en croire ce tableau, les Algériens et les Marocains seraient la population qui auraient le QI le plus faible du monde !
Télé Loisirs explique:
"La dernière étude en date sur le Q.I. des populations a été menée par Richard Lynn qui a réfléchi sur le rapport entre le Q.I. moyen d'une nation et les conséquences sur l'état du pays.
Dans notre infographie, vous pouvez voir où la France se situe par rapport aux autres pays."
En clair, plus le QI de la population est bas, plus un pays se retrouverait dans une situation difficile.
Sur Twitter, on peut lire plusieurs messages sur ce sujet.
Certains parlent de "racisme", d'autres se disent stupéfaits de voir un tel tableau, certains se demandent si la prochaine étape n'est pas "un tableau de QI par religion"...
Le tableau publié par Télé Loisirs:

vendredi 19 décembre 2014

Des spirantes, occlusives et autres complications dans la langue kabyle | Tamurt.info

Beaucoup d’encre a coulé au sujet de l’écriture du kabyle, de ses difficultés, et même de ses… impossibilités. Qu’on en juge : en un siècle de travaux et de recherches, on en est encore, en 2014, à se poser des questions sur la façon de “transcrire” les occlusives, siprantes, sifflantes, emphatiques et j’en passe.
19/12/2014 - 00:00 mis a jour le 18/12/2014 - 22:24 par Kader Akerma
  • facebook
  • googleplus
  • google
  • live
  • myspace
  • printer
  • twitter
Il suffit de regarder : le résultat, la conclusion la plus probante, la plus indéniable est qu’on ne peut pas écrire le kabyle. Trop compliqué. La langue kabyle, hier dialecte, est aujourd’hui trop compliquée pour être écrite et lue sur une surface plane sous formes de signes visuels. Vous m’avez compris ? Mais c’est l’évidence : il faut se rabattre sur le français. Ou mieux : sur l’arabe, la langue qu’on enseigne en ce moment aux petits Kabyles, à l’âge où ils ne maîtrisent pas encore leur langue maternelle.
TROP COMPLIQUÉE ?
Car si le kabyle est trop compliqué pour être enseigné aux petits Kabyles, c’est-à-dire aux Kabyles de demain, l’Etat non kabyle qui domine en Kabylie et alentours fait de son mieux pour faciliter l’apprentissage de ses succédanées à nos enfants. Comme tout le monde sait, l’école est gratuite en Kabylie et la langue du colon est civilisatrice. Certaines langues mènent même aux paradis coloniaux… paradis non kabyles, mais cela on oublie de le dire. Un vieux de chez nous exclut d’entrer dans un paradis où on ne parle pas le kabyle, la langue de ceux qui n’ont jamais commis de massacres, qui n’ont jamais terrorisé ou colonisé un peuple.
Mais revenons à notre langue à ses impossibilités. Chez nous, quand quelqu’un feint de ne pas comprendre, on lui dit : “Je parle kabyle, oui ou non ?”, façon de dire que le kabyle est une langue qui transmet clairement la pensée. On dit aussi : “Je t’apprendrai le kabyle”, “ça ce n’est pas du kabyle”… C’est que le kabyle est une langue qui véhicule des valeurs, et se décline sur plusieurs niveaux. Ce n’est pas n’importe qui qui parle “le kabyle” ! Car comme langue vivante et civilisatrice, notre langue s’apprend tout au long de la vie. Sur plusieurs niveaux. Elle s’acquiert, elle se mérite, comme un trésor. Elle enrichit, et cela les colons le savent.
UN ALIMENT IRREMPLAÇABLE POUR L’ENFANT à l’âge où ils ont encore leurs dents de lait. Si nos enfants en sont à apprendre une langue étrangère, le rôle du chercheur kabyle n’est pas de montrer au Kabyle que sa langue est compliquée. Au contraire. Démontrons plutôt à nos enfants que leur langue est comme le colostrum de leur maman, qu’elle est irremplaçable, non compliquée, et qu’elle leur transmet une force qu’aucun autre aliment ne pourra leur donner.
Disons-leur que la fraternité et la bravoure ne se déclinent qu’en kabyle ! Que le goût du kabyle dans la langue de l’enfant (et de l’adulte) n’a d’égal que le miel des montagnes de Kabylie.
Désintoxiquons le cerveau de nos petits, et disons-leurs que leur langue maternelle est infiniment moins compliquée que celle des gaulois, cette langue impossible à maîtriser même pour les Français, et infiniment plus enrichissante que celle du bédouin venu d’Asie.
Disons à nos enfants que c’est le kabyle qui mène aux vrais paradis : celui de l’honneur, des libertés et des Hommes libres. Que le kabyle est la langue de l’espoir, la langue de l’avenir, de leur avenir à eux. Que leur avenir ne pourra pas se faire dans un idiome autre que le leur.
QUID ALORS DES LABIALES, SPIRANTES ET AUTRES NUANCES ?
Je dirai donc aux francisants et à ceux qui considèrent qu’écire le kabyle est compliqué à cause de ces spirantes et autres nuances, que l’alphabet kabyle se décline de façon simple et tout à fait enseignable. Inutile de nous noyer dans un verre d’eau.
  1. Pour ma part j’ai dénombré 31 consonnes et 3 voyelles. La grammaire que j’ai conçue fonctionne parfaitement avec cet alphabet. Sans cédilles ni chevrons ni points sous les lettres. Et encore : parmi ces 31 consonnes, certaines sont “d’importation” :
    - E [ein] comme dans aevin (le viatique), absent dans l’alphabet touareg
    - H comme dans Hrcav (il est rugueux), absent aussi dans l’alphabet touareg
    - P comme dans apulis : dans le temps on disait abulis pour apulis, lbusta pour lpusta, abaki pour apaki…
    - So comme dans souab (le bon sens).
A part le “p”, ces signes sont si souvent utilisés qu’on ne peut que les intégrer dans l’alphabet. Et rien n’interdit d’intégrer le “p”, qui ne peut qu’enrichir en renforçant le peuplement de l’alphabet.
Beaucoup, sans doute pour souligner la complexité de notre langue, parlent de sons spécifiques au kabyle, difficiles à prononcer pour l’étranger. Donc, vous l’avez deviné, trop compliqués pour être écrits. Sinon peut-être dans une écriture phonétique, c’est-à-dire non grammaticale…
C’est le cas de certains consonnes parfois prononcées “du bout des lèvres” par le locuteur kabyle : b, d, k, t, y. Je dirai aux “phonéticiens” que ceci est certes une réalité, mais une réalité phonétique, pas plus. C’est une affaire d’accents, qui ne doit donc
pas interférer dans la grammaire.
Les Amazighs du Sud les prononcent en occlusives. Les Kabyles partagent avec eux la même langue mère, et ne possèdent pas un alphabet propre différent des autres peuples amazighs. Inutile donc de croire que le “t” se décline en kabyle comme tantôt la 3ème tantôt la 4ème lettre de l’alphabet arabe. Ou que “d” se décline comme les 5ème et 6ème du même alphabet. Rien n’est plus faux.
Je vois aussi que certains Kabyles “réclament” un “v” à la française. Je leur dis tout de suite que cette consonne n’a jamais existé dans la langue kabyle. Elle n’est attestée dans aucune racine. Il ne nous appartient pas de l’inventer. Et que même dans les langues européennes elle est relativement nouvelle et plutôt instable, il suffit de voir la parenté livre/libraire, love/lieb, fièvre/fébrile… Inutile donc de détraquer les fondements de notre langue pour faire “différent”.
L’ALPHABET KABYLE
Les masculines
B ablado la pierre
D adurr le rang
G agnvi l’épée
Ho thori la largeur
Q tiqri le cri
Y uyur l’obstacle
Z izirdi la mangouste
Les féminines
C aclim le son
H lhara la cour
K akrmus le cactus
P lpumpa la pompe
S asif la rivière
T tusut la toux
X afrux l’oiseau
Les consonnes larges
Do adou le vent
So asourdi le sou
Zo arzo la guêpe
Les veuves
F afus la main
L ils la langue
M imi la bouche
N inisi le hérisson
R tarvla la fuite
Les compressions
Co coina l’orange (début et fin de mot)
Dt adtan la maladie
Go goiq j’ai laissé (début et fin de mot)
Qo iqour il est dur
To avito prend-la (début et fin de mot)
W zwaq il est rouge
Les semi-consonnes
E aebbudo le ventre
J ajur le mois
V tzvq le rouge
Les voyelles
A tayrfa le corbeau
I ifri la grotte
U ulmu l’orme
Autre phénomène compliqué : la classification des lettres de l’alphabet. Les pionniers de l’écriture du kabyle, tous francisants, ont copié la classification conventionnelle des consonnes : spirantes, occlusives, labiales, dentales… Cette classification, si elle est compréhensible pour des premiers travaux, n’en est pas moins inutile et non adaptée à la langue kabyle.
L’alphabet, pour être exploitable, doit en effet être agencé selon les parentés et les fonctionnalités des lettres qu’il contient. Et en Kabyle, c’est en masculines/féminines/veuves, larges (emphatiques), semi-consonnes et compressions que les consonnes se groupent. Le tout, avec les voyelles, formant l’alphabet.
Cette classification en groupes logiques trouve sa justification et son utilité dans les règles grammaticales qui régissent la langue. Ce qui fait un ensemble harmonieux sans fausses notes. Un système grammatical qui fonctionne.
Disons pour conclure que la langue kabyle n’est pas le fruit du hasard ou du chaos, et qu’il suffit d’en lire la grammaire pour être émerveillé du trésor d’intelligence qui la régit. Et pour être convaincu qu’elle s’écrit facilement et, surtout, grammaticalement. Qu’elle s’enseigne donc, y compris pour le non-kabyle.
Kader Akerma